Joyeux anniversaire UE mais n’oublie pas tes citoyens


“Après avoir choisi, avec deux guerres mondiales, le mal, les Européens choisirent le bien : réunir les peuples dans un voyage commun, pour refouler les demons des nationalismes”. Ces mots sont contenues dans le discours du Président du Conseil des Ministres italien, M. Paolo Gentiloni, tenu ce matin devant ses homologues de l’Union Européenne. Aujourd’hui Rome est la capitale qui récapitule les 60 ans des Traités qu’ont pris le nom de la Ville Eternelle et qui ont fondé la CECA, en jetant les bases de l’actuelle Union Européenne.

Etant une association qui réunit des citoyens européens résidents en France, Pariseuro ne peut que se féliciter de cet anniversaire. Mais nous ne pouvons pas oublier que si le projet européen veut continuer, il faut que l’Union Européenne donne à ses citoyens d’avantage de “matière à rêves”. En effet ils ont presque arrêté de rêver de participer plus démocratiquement au processus décisionnel de l’UE. Ils ne rêvent presque plus de pouvoir travailler, ni d’être protégés par des force de défense et de frontière communes. Et puis l’Union Européenne leur demande de plus en plus fréquemment de ne plus rêver leur racines ni d’affirmer leurs croyances religieuses.

La preuve nous l’avons eu entre hier et aujourd’hui. Les 27 ont été reçus hier par le pape François qui a invité l’Europe à vaincre les populismes avec la solidarité. Aujourd’hui les mêmes 27 personnes ne se sont pas donnés la peine de citer les racines judéo-chrétiennes de l’Europe dans leurs discours.

Si l’Union Européenne ne comprends que personne veut quelle devienne une “compote” sans couleur, sans odeur ni saveur, elle devrait arrêter d’imposer des “dogmes”, elle ne pourra pas continuer à évoluer. L’un de ces dogmes est la négation implicite des spécificités nationales ou locales, des pays membres. Un autre dogme est le refus de se reconnaître (aussi) comme descendants  d’hommes et femmes qui ont apportés des contributions indispensables à la naissance et à croissance de l’UE, grâce à leurs foi.

Peut-être il suffirait à l’Union Européenne de ré découvrir sa devise, “Unis dans la diversité”, sans exiger des citoyens et des pays qui ont des opinions alternatives à celles UE… de les homologuer à celle d’une bureaucratie sans visage.

Les signatures des 27 (source compte twitter @Palazzo_Chigi

Les signatures des 27 (source compte twitter @Palazzo_Chigi

 

FacebookLinkedInPartager