Nous sommes Stockholm

Pariseuro exprime sa solidarité aux amis Suédois et à leur pays qui a été la cible d’un attentat cet après-midi. L’association des citoyens UE résidents en France adresse une pensée émue aux familles des victimes.

IMG_20170407_201738

 

 

FacebookLinkedInPartager

Joyeux anniversaire UE mais n’oublie pas tes citoyens


“Après avoir choisi, avec deux guerres mondiales, le mal, les Européens choisirent le bien : réunir les peuples dans un voyage commun, pour refouler les demons des nationalismes”. Ces mots sont contenues dans le discours du Président du Conseil des Ministres italien, M. Paolo Gentiloni, tenu ce matin devant ses homologues de l’Union Européenne. Aujourd’hui Rome est la capitale qui récapitule les 60 ans des Traités qu’ont pris le nom de la Ville Eternelle et qui ont fondé la CECA, en jetant les bases de l’actuelle Union Européenne.

Etant une association qui réunit des citoyens européens résidents en France, Pariseuro ne peut que se féliciter de cet anniversaire. Mais nous ne pouvons pas oublier que si le projet européen veut continuer, il faut que l’Union Européenne donne à ses citoyens d’avantage de “matière à rêves”. En effet ils ont presque arrêté de rêver de participer plus démocratiquement au processus décisionnel de l’UE. Ils ne rêvent presque plus de pouvoir travailler, ni d’être protégés par des force de défense et de frontière communes. Et puis l’Union Européenne leur demande de plus en plus fréquemment de ne plus rêver leur racines ni d’affirmer leurs croyances religieuses.

La preuve nous l’avons eu entre hier et aujourd’hui. Les 27 ont été reçus hier par le pape François qui a invité l’Europe à vaincre les populismes avec la solidarité. Aujourd’hui les mêmes 27 personnes ne se sont pas donnés la peine de citer les racines judéo-chrétiennes de l’Europe dans leurs discours.

Si l’Union Européenne ne comprends que personne veut quelle devienne une “compote” sans couleur, sans odeur ni saveur, elle devrait arrêter d’imposer des “dogmes”, elle ne pourra pas continuer à évoluer. L’un de ces dogmes est la négation implicite des spécificités nationales ou locales, des pays membres. Un autre dogme est le refus de se reconnaître (aussi) comme descendants  d’hommes et femmes qui ont apportés des contributions indispensables à la naissance et à croissance de l’UE, grâce à leurs foi.

Peut-être il suffirait à l’Union Européenne de ré découvrir sa devise, “Unis dans la diversité”, sans exiger des citoyens et des pays qui ont des opinions alternatives à celles UE… de les homologuer à celle d’une bureaucratie sans visage.

Les signatures des 27 (source compte twitter @Palazzo_Chigi

Les signatures des 27 (source compte twitter @Palazzo_Chigi

 

Noël avec Berlin dans nos coeurs

On espérait de pouvoir fêter avec un peu de sérénité Noël et le nouvel an. Hélas la folie des terroristes et leur haine nous oblige à revoir nos plans. À Berlin, il y a deux jours, d’autres innocents, des hommes et des femmes qui étaient peut-être en train de choisir des petits cadeaux pour faire plaisir à lors proches à Noël, on été fauchés par un camion conduit par un djihadiste. Ils étaient des hommes et des femmes libres. Des Allemands, des Européens, des ressortissants d’autres pays. Comme beaucoup des membres de Pariseuro, ils avaient quitté leur pays d’origine pour des raisons professionnelles, pour leurs études, pour répondre à ce que leurs cœurs leur avait commandé. Nos pensées émues et les prières, de ceux et celles parmi nous qui sont croyants, vont à ces victimes, à leurs proches et à leurs pays. En tant qu’habitants de la “maison commune” européenne (bâtie sur les ruines d’une guerre mondiale qui a laissé ses traces aussi dans l’église à quelques mètre du lieu de l’attentat) nous ne devons pas nous laisser aller à la haine. Nous devons rester unis, tout en respectant les spécificités de nos pays et cultures, pour faire face à la menace terroriste. Une menace qui ne peux plus être sous-évaluée pour éviter qu’on nous vole la paix et la concorde que nous avons construit avec beaucoup de fatigue, depuis plus de 60 ans.

15645473_10154942943294455_1569187986_n

L’UE a un nouveau corps européen de solidarité

Si vous avez entre 18 et 30 ans et vous avez envie de vous investir pour votre prochain, pour la protection de l’environnement, pour porter secours à des populations touchées par des catastrophes naturelles… L’Union européenne a crée quelque chose qui fait pour vous ! C’est le corps européen de solidarité. Les participants devront accepter et adhérer à sa mission et ses principes.
Les jeunes peuvent s’inscrire en cliquant sur cette page où à travers les réseaux sociaux. Vraiment une belle initiative qui rappelle (entre autre) les racines solidaires (et judéo-chrétiennes) de l’Europe…

corp-europeen-de-solidarite

Pariseuro soutient les victimes du séisme en Italie

Le 27 octobre, l’association des citoyens européens résidents en France a donné rdv à ses adhérents et sympathisants pour un dîner à base de pâtes “à l’Amatriciana”. Le but : récolter de l’argent pour les victimes du séisme qui a frappé l’Italie centrale. Chaque participant payait 15 euros, dont 5 ont été reversé à l’Ordre de Malte France, mobilisé via Malteser International, à coté des sinistrés du tremblement de terre. Pariseuro étant une petite association, la somme récoltée est resté modeste (140 euros) mais elle est un don sincère des participants à la soirée que Pariseuro remercie sincèrement. Dans les photos ci-dessous, quelques moments de la soirée et le chèque envoyé à l’Ordre de Malte.

img_0846img_0843fullsizerenderimg_0848

cheque

27/10 RDV de Pariseuro pour les victimes du séisme en Italie

14068284_10154546886364455_9011029429417878342_nL’association des citoyens UE en France, Pariseuro, vous invite à une soirée de récolte de fonds pour les victimes du séisme du 24 août 2016 qui a frappé le centre de l’Italie, en détruisant plusieurs villes parmi lesquelles Amatrice, patrie de la célèbre recette de pâtes “all’Amatriciana”.
RDV le 27 OCTOBRE 2016 à 20h pour manger ensemble un bon plat de pâte à l’AMATRICIANARelais de la Place 3 Place d’Alleray –75015 Paris (Métro 12 Vaugirard. Bus 88, 89 arrêt Alleray).
TICKET ENTRÉE :15 euros dont 5 euros seront reversés à l’Ordre de Malte France Mobilisé pour secourir les victimes. Après règlement du ticket d’entrée un bon consommation vous sera remis et il vous donnera droit à consommer :1 plat de Pâtes à l’Amatriciana et 1 vin de vin ou 1 bière petite ou boisson non alcoolisée
RÉSERVATION OBLIGATOIRE !
Les personnes qui n’auront pas envoyé une email à contact@pariseuro.fr (AU PLUS TARD LE 24/10/2016 A MINUIT) ne pourront pas participer à l’événement. Les autres consommations seront proposé à la carte et elles devront être réglée directement à la caisse par le client. Pariseuro ne réglera aucune consommation.

Après le Brexit, le mot du président de Pariseuro

Les membres de Pariseuro « vivent » l’Europe au quotidien. Nous sommes des « Européens ordinaires ». En effet, parmi nous il y a des ressortissants des pays de l’UE mais aussi des Français descendants d’immigrés Européens. On compte aussi des Français(es) en couple avec un(e) citoyen(ne) UE. Et nous ne pouvons pas oublier les papas et les mamans (et les mamies et les papis) d’enfants (et petits enfants) « franco-européens ». Bref, nous savons quelle importance a la coopération et entre les pays du Vieux Continent.

Pour ces raisons l’Europe représente pour nous quelque chose de bon. Néanmoins, nous sommes tous attachés à nos spécificités. Beaucoup d’entre nous croient que ce serait une erreur de penser que les Etats et les peuples n’ont plus aucune raison d’exister. Parmi nous, plusieurs personnes sont persuadées que l’objectif de l’intégration européenne ne doit pas aboutir nécessairement sur la fondation des « Etats-Unis d’Europe ». La raison est simple. En Europe, nous ne pouvons pas nous permettre d’effacer les particularités des peuples, qui se sont façonnés au cours des siècles.

Parmi nous, plusieurs personnes concordent sur le fait qu’au cours des dernières décennies les gouvernants UE et des pays membres ont commis des erreurs pour manque de vision et de créativité.

Je pense que les partis européens de droite ont eu tort, en continuant à diaboliser plusieurs formes de coopération entre les pays UE, pour répondre à des exigences électorales nationales. Faisant ainsi, nous avons perdu l’occasion, par exemple, de créer une force de sécurité commune (que nous pourrions utiliser dans ces temps-ci, marqués par la menace terroriste). De l’autre côté de l’échiquier politique, les partis européens de gauche ont continué à nier à tout prix, l’importance des caractéristiques spécifiques de chaque pays. Faisant ainsi, on nous a interdit de parler « sans langue de bois » (tout en restant dans un cadre respectueux des autres opinions) des risques dérivants des élargissements de l’UE peut-être un peu trop rapides. Mais aussi de débattre sérieusement des préoccupations des Européens face aux crises des migrants.

Pour compliquer les choses, les citoyens de l’UE n’ont presque jamais pu exprimer leur accord ou leur désaccord avec un vote réellement contraignant pour les institutions européennes.

Maintenant on est dans l’ « l’après Brexit ». Je crois que les citoyens Britanniques ont parfaitement exercé leur droit de s’exprimer sur un sujet qui leur tenait au cœur. Ils ont choisi de sortir de l’UE. Personnellement je pense que ce résultat contribuera à faire « redescendre avec les pieds sur terre » plusieurs protagonistes de la vie politique européenne. Certes, quelqu’un a vécu le Brexit comme une claque mais, c’est mon avis personnel, c’était seulement une manifestation de la volonté populaire. C’est justement l’un des points faibles de l’UE. En effet, mise à part des élections du parlement européen, les électeurs UE, ne peuvent pas vraiment exprimer leurs opinions sur les politiques européennes. De plus, bien que les choix politique d’un pays retombent désormais sur tous les autres, seulement ses citoyens ont une possibilité d’approuver ou sanctionner ces choix.

Il est donc claire, à mon avis, qu’on doit donner plus de place aux citoyens. D’une part parce qu’ils ne peuvent plus accepter qu’une classe politique qui s’auto-reproduit, de l’autre parce que à l’ère d’internet, chaque citoyen peut se former une idée très facilement sur des sujets qui ont été longtemps réservés aux élites. Nous pourrions prendre exemple de la Suisse où, sur un territoire extrêmement plus réduit que celui de l’UE, vivent quatre peuples différents qui ne parlent pas une même langue. Bien sûr, nous devons adapter le principe de la démocratie directe dans un espace contenant au moins 27 peuples différents (auxquels il faut ajouter les minorités régionales) et au moins 27 langues, car il est évident qu’il ne serait possible de voter chaque week-end comme ça arrive parfois en Suisse ! Nous pourrions par exemple prévoir des référendums seulement abrogatifs (comme prévu par la l’article 75 de la Constitution italienne par exemple) et poser des conditions pour les convocations des électeurs au référendum. On pourrait imaginer par exemple que pour demander l’organisation d’un référendum, soient nécessaires les signatures de 5% de citoyens de l’UE répartis dans 10 états au moins? C’est juste l’une des nombreuses hypothèses possibles. Certes, le Traité de Lisbonne prévoit que les citoyens puissent faire recours à une initiative citoyenne européenne. C’est un début intéressant mais il faut aller plus loin.

Ayant dit tout cela, je pense que le Brexit nous donne l’occasion de parler franchement, même au risque de perdre sur le chemin d’autres pays. L’Europe continuera d’exister. Sinon, il est clair que nous allons recommencer à nous battre entre nous. Je doute que cela soit la meilleure perspective.

Le 28/04 on vous attend au prochain apéritif des Européens de Paris

L’Association des Citoyens UE résidents en France vous invite à son prochain apéritif, qui sera dédié à “Les Européens à travers leurs mains”, décryptage du tempérament et des caractéristiques des mains des habitants du Vieux Continent. Nous partirons à la découverte des mains des Européens avec Jean De Bony, Biotypologue et Stéphanie Leclair De Marco, journaliste.
Rendez-vous jeudi 28 avril 2016 de 19h à 21hThe World’s Bar – 188 rue de Grenelle 75007 Paris. Métro 8 La Tour-Maubourg. RSVP : contact@pariseuro.fr.
(Chaque participant réglera son éventuelle consommation).
La participation à l’événement est ouverte aux membres de Pariseuro. Vous pouvez adhérer à PARISEURO à travers de cette page.

Capture